Nouveaux Mondes (Mirage Festival)

Expérimentation Plastique - 2020

Observatoire du micro-monde

Lors de sa première exploration, le satellite Nano a découvert plusieurs territoires dont il a réussi à capturer des images de surface. Des paysages inédits se dévoilent sous les yeux des scientifiques après la découverte de ces nouveaux mondes. Dans le cadre du mirage festival, nous devions proposer une exposition commune aux 20 étudiants designers de produit / designers interactifs, un laboratoire du nano-monde. Ainsi, chacun ou par groupe, nous avons proposé une installation prenant part à ce laboratoire, accompagnés par Joël Chevrier, physicien et professeur à l’université de Grenoble et à Paris.

3 pauses conviviales © Julie Calmettes

De nouveaux mondes

L’installation est composé de posters A0 et d’échantillons disposés dans un socle. Le spectateur est invité à devenir explorateur et à parcourir la surface des échantillons à la recherche de quelque chose de spécial. Le décalage entre l’immensité des posters et leur traitement graphique et les minuscules échantillons que l’on voit dans un second temps nous fait douter de l’échelle de ces paysages. Chaque type d’échantillon porte un nom rappelant ceux de corps célestes pour renforcer l’illusion : Azane, Azane II, 940°, Cédium et 370-1260Å

3 pauses conviviales © Julie Calmettes
Le dispositif : les échantillons sur un socle, les posters et l’écran relié au microscope.
3 pauses conviviales © Julie Calmettes
Les surfaces créées, observées au microscope et à l’œil nu.
3 pauses conviviales © Julie Calmettes
Les trois posters constitués d’images du microscopes assemblées.
3 pauses conviviales © Julie Calmettes
Processus d’oxydation – Azane.
3 pauses conviviales © Julie Calmettes
Processus d’oxydation – 940°.
3 pauses conviviales © Julie Calmettes
Processus d’oxydation – 370-1260 Å.
3 pauses conviviales © Julie Calmettes
Différentes plaques oxydées de cuivre.

Cartographier l’oxydation

En oxydant la surface de métaux, les réactions chimiques font apparaître des paysages encore inconnus de l’espèce humaine. Le microscope devient un satellite permettant d’explorer ce que nous ne pouvons pas voir à l’œil nu et ces mondes inédits se révèlent à nos yeux d’explorateur. Plusieurs façons d’oxyder le cuivre et le laiton sont mises en œuvre pour obtenir des surfaces différentes, chacune ayant une part d’aléatoire.